De l’ostéopathie tissulaire à la libération des mémoires tissulaires

L’ostéopathie tissulaire est probablement une des approches les plus puissantes pour permettre au corps retrouver sa santé et son équilibre. Avec un changement de regard sur l’origine des traumatismes exprimés par le corps, il devient possible de passer à un échelon supérieur. Au passage à l’ère du verseau, le regard sur le corps passe également à un niveau supérieur. Le corps n’est plus seulement le temple de l’âme et de l’esprit, mais dispose d’une conscience élevée de sa nature propre et de ses besoins, sa nature est sacrée. 

Dans la libération des mémoires tissulaires, le maillon faible n’est pas le corps mais le praticien. Le corps répond aux questions qui lui sont posées. L’interrogation tissulaire (qui fait appel à la conscience du corps)  est à la base de l’approche tissulaire. L’éventail des questions ne dépend pas du corps, mais de l’envergure du praticien. Le questionnement comprendra pas seulement les classiques, -c’est-à-dire blocage émotionnel, transgénérationnel, ou traumatisme physique, il s’ouvrira sur des traumatismes concernant des vies antérieures, des parties perdues dans d’autres temps, des appartenances à des obédiences toujours actives, etc.

Dans la libération des mémoires tissulaires, les capacités de perception sont les véritables portes sur des espaces encore très peu explorés. C’est en pratiquant que le praticien développe ses perceptions. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *